Livres, Traductions

Lecture: « How to Succeed as a Freelance Translator » (Anglais) by Corinne McKay

51Rjwl0Vn2L._SX327_BO1,204,203,200_

The road to a successful translation business is often much harder than it has to be. In this indispensable guide to setting up shop, freelancer Corinne McKay offers lessons learned and shows you how to avoid the most common mistakes — from finding clients to collecting payment. This how-to is great for translators and interpreters just entering the field as well as for old hands who want to make their businesses run better.

Publicités
Livres

Lecture: « Babel and Blabla » de Michel Volkovitch

418tufHjMEL._SX210_

« Dans cet ensemble de 250 pages, c’est d’écrire et de traduire qu’il est question. Un portrait du traducteur, mais remis entre nos mains, pour nos propres apprentissages. Vingt-cinq ans de traduction du grec, romans, nouvelles, récits, poésie, théâtre. Tout au long de ce parcours, à côté de moi puis dans l’ordinateur, un carnet où je prends des notes. Besoin de ces écritures pour réfléchir sur mon travail et progresser, mais aussi faire progresser les apprentis traducteurs dont j’ai la charge, puisque la traduction, on commence à le savoir, peut et doit s’enseigner. Analyses, comparaisons, portraits, choses vues, lues, entendues, moments ordinaires ou extraordinaires, douleurs et bonheurs, ceci est une espèce de journal de bord s’adressant non seulement aux traducteurs eux-mêmes, mais à tous ceux qui écrivent ou qui lisent : lire, écrire, traduire, trois apprentissages qui n’en font qu’un. Le blabla théorique est ici réduit au minimum. Pas de traductologie, mais une approche par les sens, l’oreille, le toucher. »

Livres

Lecture: « La traduction technique » de Claude Bédard

 

Ce manuel propose une réflexion avancée sur la pratique de la traduction technique.
L’ouvrage se limite à l’étude de la traduction technique. Toutefois, presque tous les principes dégagés peuvent s’appliquer à l’ensemble des domaines de traduction spécialisée.
La première partie, Traduction technique et vocabulaire, montre que la traduction technique est avant tout un acte d’intelligence et de communication. Le vocabulaire est la plaque tournante par laquelle passent la plupart des problèmes de traduction technique et c’est par rapport à lui que se forge l’attitude globale du traducteur technique face à son activité. La deuxième partie, Comprendre, porte sur les problèmes de compréhension et sur l’acquisition d’un bagage de « connaissances pour comprendre ». La troisième partie, Les moyens de réexpression, revient sur le vocabulaire et sur la langue techniques, non pas en situation de traduction comme précédemment, mais en tant que bagage que le traducteur doit acquérir et garder disponible pour la réexpression du message. La quatrième partie, Communiquer, se tourne vers la réexpression efficace du message. Le succès de cette réexpression tient à la volonté de faire comprendre.
À la fin de chaque chapitre sont proposés des sujets de recherche ou de discussion, des exercices et des suggestions de lectures. Bibliographie, glossaire et index complètent l’ouvrage.
La traduction technique peut s’avérer utile à un vaste public : étudiants et enseignants en traduction technique, traducteurs techniques et autres traducteurs spécialisés, terminologues, théoriciens de la traduction et rédacteurs techniques.

Livres, That's interesting !

Lecture – « La notion de fidélité en traduction »

Albir Hurtado « La notion de fidélité en traduction »

« Ce livre, le 5e de la collection « traductologie », s’attaque à un problème fondamental. La notion de la fidélité en traduction est une sorte de mise en carré de l’épineuse question de l’expression de la pensée humaine par le langage à cause du double circuit de la traduction qui va de l’emetteur au destinataire de la traduction en passant par le traducteur lui-même. »

sans-titre-1

 

Livres, That's interesting !

Lecture: « Le poisson et le bananier » de David Bellos

51-s44SHBLL._SX314_BO1,204,203,200_

 

Il n’y est pas question de method ni de techniques,
mais des bananes qui ont poussé dans l’Evangile selon saint
Matthieu, ou encore du poisson Babel, merveilleuse créature
extraterrestre qu’il suffit de s’enfoncer dans l’oreille pour
comprendre aussitôt toutes les langues de l’univers. Autrement
dit, de ce que peut et de ce que fait la traduction dans tous les
domaines où elle intervient, du jeu littéraire à la diplomatie en
passant par le tourisme, la science-fiction ou le sous-titrage.
Qu’est-ce qu’une « belle infidèle » ? Pourquoi existe-t-il
plusieurs traductions valables d’un même énoncé ? A quoi
servaient les premiers dictionnaires ? Comment savoir si vous
lisez une traduction ou un texte original ? Pourquoi l’adjectif
« ble » n’a-t-il pas d’équivalent en russe ? Par quel truchement
nous est parvenu le mot « truchement » ? Y a-t-il de
l’intraduisible ? Combien cette phrase compte-t-elle de mots ?
En quoi le procès de Nuremberg a-t-il marqué une étape
décisive dans l’histoire de l’interprétation ? Comment traduire
le mot américain jazzercise en araméen ? L’hégémonie de la
langue anglaise est-elle un danger pour la diversité
linguistique ? Telles sont, parmi bien d’autres, les questions
que le lecteur se pose dans ce livre, guidé de plume de maître
par David Bellos, lui-même traducteur chevronné et biographe
reconnu. Un périple érudit et humoristique au merveilleux
pays des mots, où l’on croise le comédien Chaplin et le
philosophe Austin, Christophe Colomb et saint Jérôme, mais
aussi Marot, Kafka, Perec ou Makine… Un livre malin et
savoureux pour tous les amoureux de la langue et tous ceux
qui aiment qu’on leur raconte des histoires.