Traductions

Les outils de TAO

Les outils de traduction assistée par ordinateur (TAO) regroupent différents programmes informatiques facilitant le travail des traducteurs. Voici un tableau sur les logiciels TAO les plus utilises: Comparatif-des-logiciels-de-TAO

Publicités
Interprétariat, Traductions

Translation news

I read some news from a website of US Census Bureau that with a wide range of language diversity the translation industry grows up and the growth rate in 2016 took 6.46% last year.T he need for translation is prevalent even for domestic businesses.

The voice-based content grows up with the growth of video; many companies need subtitling and voice-overs for their deals.

Seems that the value of a language service provider will be regarded higher than flat out price.

Research from the Common Sense Advisory shows: “ a full 63% of global brands recently reached more customers by increasing the number of languages on their websites…[but] 37% of the leading brands still haven’t gotten the memo.” This confirms that companies that take their foreign-language customers seriously and make an effort to provide content for them in their native languages will be awarded with a tremendous opportunity to push ahead of the competition.

Mobile optimization will become crucial. By now, most companies realize that how their website looks to mobile users is important. This extends beyond English websites. According to the International Data Corporation, « 3.2 billion people will have Internet access this year, and more than 2 billion of these Internet users will use a mobile device ». Therefore, you must consider display on mobile devices and tablets.

A serious question is : machines or humans?

They explaines that as:

Use of machines will increase, but not come out ahead. As the demand for translation increases, so will the use of machines. However, translating web content, marketing copy, etc. doesn’t boil down to a simple word-for-word translation that you would get from a machine. In order to convey a brand’s identity and the appropriate message, a human needs to interpret what is being said – beyond the actual words – and then find the right way to say it in the target language.

Have a nice reading!

Traductions

Translation of poetry

Aged book isolated with clipping path

You’ve decided to translate a poem. Your job as a translator is not only to pass the meaning of the poem into another language but to respect and honor its spirit. There are some rules to respect when you translate a poem:

Read the poem again and again until the words become second nature on your tongue. By doing this, you will be able to feel the rhythm of the poem. You will recognize the pace, the pauses, the beats, the swirls of energy. Write the poem in longhand and make ten copies. Stick these where you can see and read them. Try the bathroom, the kitchen cabinet, or the freezer door, leading to the Ben & Jerry’s. These copies will familiarize you with the poem’s grammatical structure: Where the adjectives are, where there is a break in tenses. Plus, if you put them on that package of Oreo’s, it’ll take you longer to gobble the bag down. You will have to read the poem first! 

If you are lucky enough to pick a living poet to translate, write to him or her. Get to know the person; ask him or her questions about the poem. What was the poet thinking when writing the poem? What does the poet think the poem means? Is there any imagery or language that is repeated? Is there anything symbolic from his or her life? What does the poet think of poetry? The more you know about the poet and his or her life, the better able you are to understand the nuances of the poem. Be courteous and grateful. The poet is answering your questions to help you with your translation.

If, however, you choose a poet who has passed on, your job is a little harder. Try and find out as much as you can about the poet’s life. Most countries have national writer’s associations. If they don’t, check the web and university libraries and language departments. Maybe from there you can find other people who knew the poet or can help guide you. Build as many contacts as you can. Be familiar with the poet and you will get a sense for the poem. 

When you translate a poem, your job is to stay as close to the meaning as possible. That said, you also have artistic license to use (not abuse) the meaning to make a clear and graceful translation. Translating slag is an excellent example of when to use artistic license. Some slang has absolutely no meaning in another language. In fact, a direct translation would make the poem fail. In that case, turn the meaning of the slang into its equivalent. Remember, you want readers in your language to enjoy the poem, not marvel at how well you can directly translate words.

There are some great computer programs that are designed for translation. There are also some excellent dictionaries and phrase books. But do not rely on them to give you the end-all-be-all translation. You must do the footwork. You can use these computer programs and dictionary translations as a guide. They may help get to the bones of the poem but your job is to put heart and live language on those bones.

Translating a poem is a lot like writing a poem yourself. You have to know what you want to say. You have to feel what you want to say. You have to be focused. There are a thousand other jobs that are easier, better paid, and eyesight-saving, but translating has its own glories. Putting poems into another language is one of the best ways to share culture, honor poets, and remind us that we can transcend geography. Do your best.

by Jennifer Liddy

Interprétariat

La traduction littéraire

Les ouvrages traduits par des traducteurs littéraires peuvent être une encyclopédie, un document aussi bien qu’un texte littéraire au sens strict. On peut aussi parler dans ce cas de traduction d’édition. Le traducteur doit posséder une connaissance très sûre de la langue à partir de laquelle il traduit et de la langue dans laquelle il s’exprime. Cette dernière doit être sa langue maternelle ou une langue qu’il possède au même degré que sa langue maternelle.Les problèmes de la traduction littéraire sont immenses. Il s’agit de faire passer un texte littéraire d’une langue dans une autre et que la différence entre deux langues élève une barrière entre le texte écrit et le lecteur qui pense et lit dans l’autre. Les traducteurs littéraires souffrent d’un manque de considération à plusieurs niveaux qu’ils soient administratif, financier ou littéraire. Ils connaissent une complète invisibilité. Le traducteur est souvent oublié. Ainsi, il ne figure que rarement en page de couverture avec le nom de l’auteur.
Le traducteur est considéré comme un créateur à part entière, dans le Code de la Propriété Intellectuelle. Il déclare ses revenus en  » droits d’auteur  » et il est assujetti sur le plan fiscal aux mêmes contraintes qu’un écrivain.Mais la rémunération que lui verse l’éditeur ne correspond nullement à l’ampleur du travail et du temps qu’il doit consacrer à un texte pour transposer dans la langue-cible toutes les qualités de l’œuvre originale. L’éditeur verse un  » à-valoir « , un tarif à la page dactylographiée, plus cher si la langue est rare. Mais cela représente à peine le tiers, voire le quart de ce  qui est payé pour un texte technique ou dans les domaines financier et juridique.De plus, un auteur touche aussi un pourcentage pour chaque exemplaire vendu (environ 2% du prix public hors taxe). Il n’y a pas de pourcentage sur les ventes pour le traducteur, ou dans le meilleur des cas, pas avant que l’ouvrage se soit écoulé à plus de 30 000 exemplaires.Le métier de traducteur littéraire n’est pas rémunérateur, on vit difficilement en tant que traducteur littéraire. Par rapport aux traductions techniques, la traduction littéraire est payée deux fois moins.

Interprétariat, Traductions

La traduction juridique : Méthodes et sources de l’étude de l’anglais juridique

Dans certains domaines, comme la science et la technologie, l’évolution du monde contemporain a rapproché les réalités et les mots. Un terme technique aura souvent un équivalent exact, et un seul, dans une langue déterminée. Apprendre à s’exprimer dans cette langue n’exigera dès lors que la maîtrise de la terminologie et de la grammaire. Le monde juridique est différent. Chaque système de droit se caractérise par sa singularité fondamentale. Pour traduire, il faut appréhender le sens profond d’un texte conçu dans une langue donnée, par référence à un système juridique déterminé, et le rendre dans une langue étrangère, de façon compréhensible par un lecteur qui raisonne sur la base d’un ordre juridique différent.

Tout autant qu’une affaire de langue, la traduction est dès lors affaire de droit comparé. Plutôt que de traduire les mots, il faut rendre les concepts et institutions juridiques sous-jacents.

Du danger de la traduction littérale :

Pour illustrer ce propos, prenons un exemple.

Le mot de  » partenariat «  s’utilise de façon croissante dans le monde des affaires, et se retrouve fréquemment dans certains contrats. Dans l’esprit de ceux qui l’emploient, ce terme vise souvent à exprimer l’idée d’une relation mutuellement avantageuse à long terme, mais qui n’est pas assortie d’obligations trop précises et contraignantes. Si l’on cherche à traduire ce mot en anglais, la plupart des dictionnaires indiqueront le mot anglais apparenté «  partnership « .

Si ce mot est souvent utilisé dans la langue des affaires, il appartient aussi à la langue juridique, où il a un sens précis et redoutable. Le «  partnership  » est l’équivalent d’une société en nom collectif, régi aux Etats-Unis par l’Uniform Partnership Act et en Angleterre par le Partnership Act de 1890. Le droit des partnerships est diversifié, mais implique en général l’idée de responsabilité solidaire.

Nous voilà bien loin de l’idée que voulait exprimer l’original français !

Dans la plupart des cas, la notion de «  contrat de partenariat  » correspond assez à l’anglais «  co-operation agreement  » ou «  long-term co-operation agreement « , qui ont le mérite d’être tout aussi vagues que l’original.

L’analyse : commencer un contrat par la fin

Prenons l’exemple d’un contrat. Pour le traduire, il faut tout d’abord savoir quel est le droit qui le régit.

La personne chargée de traduire un contrat de français en anglais sera dès lors bien avisée de commencer la traduction du document en lisant des dispositions finales. Quel est le droit applicable ?

Si le texte est régi par le droit français

A. L’exercice consistera à rendre compréhensibles en langue anglaise des notions juridiques qui sont celles du droit français. Des termes peu fréquents devront être explicités afin d’être compréhensibles pour un lecteur peu familier avec le droit français. Prenons le cas de la  » convention de croupier « , c’est-à-dire le contrat par lequel un associé convient, sans avoir obtenu l’accord de ses coassociés, de partager les bénéfices et les pertes résultant de sa participation dans une société. Une traduction littérale donnerait à penser que le contrat en cause porte sur l’exploitation d’une maison de jeux. La seule solution correcte sera de reprendre le terme français en italique, et de le faire suivre, entre parenthèses, de la traduction en anglais de son explication. La même règle s’appliquera aux termes renvoyant à des institutions juridiques spécifiquement françaises.

La plupart des dictionnaires traduisent le français «  notaire  » par l’anglais notary public. Pourtant, un abîme sépare les deux fonctions. Aux Etats-Unis notamment, le notary public est  » un officier public dont la fonction est de recevoir les dépositions sous serment, d’attester et de certifier, par sa signature et par son sceau, certaines classes de documents, afin de leur donner une valeur authentique dans d’autres ressorts (…) ».Remplissant une fonction subalterne, le notary public anglo-saxon a pour fonction essentielle, sinon unique, de certifier des signatures.

Comment, dès lors, traduire le mot de notaire ? Il existe plusieurs solutions. Celle que nous avons personnellement adoptée consiste, lorsque la nature du texte s’y prête, à utiliser le mot français en italique, suivi d’une brève explication anglaise entre parenthèses (par exemple, conveyance and estate lawyer c.a.d. juriste spécialisé dans les actes translatifs de propriété et les questions successorales).

B. Il convient de noter cependant que le développement du droit des traités et de l’intégration européenne amène dans certains domaines à la naissance d’une terminologie officielle.

C’est notamment le cas en droit douanier ou en matière de taxe sur la valeur ajoutée où chaque terme français aura un équivalent officiel en langue anglaise (et dans chacune des autres langues officielles de l’Union Européenne). Ainsi, en matière de terminologie douanière, ce n’est pas le dictionnaire qu’il faudra consulter, mais le Code des Douanes Communautaire et sa version officielle anglaise (Community Customs Code – Official Journal of the European Communities L 302 Volume 35, 19 October 1992).

Si le texte est régi par un droit étranger

Revenons à notre contrat. S’il est régi par un droit étranger, la démarche ne sera plus celle du traducteur. Il s’agira d’exprimer les rapports de droit contenus dans l’original de façon à les inscrire dans le régime juridique choisi. Il ne s’agit plus là d’une tâche à confier à un traducteur, fût-il qualifié, et il faudra s’adresser à un juriste spécialisé dans le droit du ressort considéré (par exemple le droit de l’Etat de New York).

Auteur : Société Phrasing.